ArcelorMittal: déclaration de la Concertation oecuménique de Liège

ArcelorMittalPresse

A l’issue de leur rencontre avec les syndicats sur le site d’ArcelorMittal à Tilleur, les représentants de la Concertation œcuménique de Liège ont publié le communiqué suivant:

Au-delà des clivages classiques : sociaux, religieux, philosophiques ou de nationalités, et parce que l’Église se doit d’être au côté des plus faibles, les représentants des Églises chrétiennes de la province de Liège (rassemblés en concertation œcuménique : catholique, protestante, orthodoxe) ont rencontré des délégués syndicaux d’ArcelorMittal ce 26 novembre 2013. Profondément troublés et inquiets devant une situation où les plus élémentaires aspirations à la dignité humaine sont bafouées, les représentants des Églises veulent manifester leur solidarité avec les centaines de travailleurs qui risquent d’être sacrifiés sur l’autel du profit de quelques-uns.

C’est un drame social qui est annoncé. Nous voulons donc marquer notre respect pour tous les acteurs qui œuvrent à la recherche d’une solution susceptible d’en limiter au maximum l’impact, et en particulier pour le travail des représentants syndicaux obligés de défendre les intérêts des travailleurs dans une situation où les pistes de négociations ouvertes sont très étroites, avec tout le poids émotionnel et les risques que cela comporte.

Dans nos communautés et nos paroisses, certains sont concernés directement par cette restructuration. Notre activité pastorale nous donne aussi la responsabilité citoyenne de dire notre inquiétude, plus encore, de manifester notre souci de voir nos édiles politiques et les responsables patronaux œuvrer à la mise en place d’un processus d’accompagnement crédible et réellement porteur d’espoir. Nous voulons dire aussi notre aspiration à voir nos représentants au Parlement européen lutter pour que l’Europe, par un sens de la solidarité et le refus d’un nivellement social par le bas, promeuve un idéal de valeurs telles que la dignité humaine et la promotion d’une plus grande justice sociale.

Car l’enjeu dépasse sans nul doute la situation de la sidérurgie dans le bassin liégeois : il est celui du droit des peuples à vivre dans des sociétés basées sur autre chose que sur l’intérêt des riches. Quant au dommage social, il est d’abord un dommage humain : c’est le drame d’hommes et de femmes touchés dans ce qui leur est essentiel : se loger, se nourrir, pouvoir vivre dignement.

Le processus actuel de licenciement collectif est un phénomène mondial. Le pape François l’a dénoncé ce 26 novembre en ces termes : On considère l’être humain comme un bien de consommation, qu’on peut utiliser et ensuite jeter. Nous avons mis en route une culture du « déchet », qui est même promue. Alors que les gains d’un petit nombre s’accroissent exponentiellement, ceux de la majorité se situent d’une façon toujours plus éloignée du bien-être de cette heureuse minorité. Ce déséquilibre procède d’idéologies qui défendent l’autonomie absolue des marchés et la spéculation financière. L’argent doit servir et non pas gouverner!

Chacun, dans pareille situation, réagit selon ses moyens. Les nôtres sont d’interpeller, de stimuler et de prier. Nous demandons aux communautés chrétiennes liégeoises de porter dans la prière tous les participants aux négociations qui ont cours actuellement afin que le côté humain, le droit fondamental de la personne et de la société ne soient jamais oubliés ou sacrifiés, même s’ils doivent se décliner en primes de licenciement, en prépensions, ou en négociations concernant la dépollution des différents sites, les contreparties industrielles et les garanties en terme d’emploi durable ou de financement à des programmes de reconversion des travailleurs et des sites, etc.

Il nous paraît important que les communautés et paroisses prennent conscience de l’enjeu et des risques de la situation à ArcelorMittal. C’est pourquoi nous préparons une lettre pastorale qui sera proposée à la lecture dans toutes les paroisses de la Province.

En contact avec les délégations syndicales, nous resterons informés de l’évolution de la situation, et réagirons en fonction des événements. Nous ne pouvons ainsi que marquer notre plus grande inquiétude suite à la rupture des négociations intervenue ce mercredi 27 novembre.

Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège
Hiéromoine Guy Fontaine (orthodoxe), président de la Concertation œcuménique
Pasteur Vincent Tonnon (protestant)
Prêtre Nikolaos Palamianakis (orthodoxe)
Abbé François Dabin (catholique)
Fikri Gabriel, délégué syriaque de la Concertation, s’associe à cette déclaration.

Mgr Jean-Pierre Delville et la restructuration d’ArcelorMittal

Diocèse_Liège_LOGO_RVB

Ce mardi 26 novembre 2013, Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège, sera en visite à Tilleur en lien avec la restructuration d’ArcelorMittal

En organisant cette visite, Mgr Delville s’inscrit dans les pas de son prédécesseur, Mgr Aloys Jousten, qui avait pris plusieurs fois des positions claires en faveur du personnel de la société au moment de l’annonce de plans de licenciement.

Par cette visite, Mgr Delville souhaite témoigner de sa solidarité avec les ouvriers et employés des sites de Liège du géant sidérurgiste, à un moment où les négociations sociales sont dans un moment délicat et décisif.

À 9h30, Mgr Delville rencontre les syndicats de l’entreprise (FGTB et CSC) à Tilleur en compagnie de la Concertation œcuménique de Liège (les représentants des Églises chrétiennes présentes à Liège). Cette rencontre fait suite à des contacts privés que l’évêque a eus avec des employés de l’entreprise et des responsables syndicaux depuis son entrée en fonction au mois de juillet dernier.

Cette initiative de l’évêque de Liège s’inscrit aussi à la suite du suicide, le mois dernier, d’un ouvrier d’ArcelorMittal, dépassé par l’accumulation de la pression liée à la phase de restructuration que traverse l’entreprise depuis plusieurs années.

À cette occasion, Mgr Delville veut également faire écho aux appels répétés du pape François à lutter contre la « mondialisation de l’indifférence ». Si la globalisation peut être un bienfait, elle peut aussi provoquer un mécanisme de déresponsabilisation qui conduit à l’indifférence par rapport au sort d’hommes et de femmes écrasés par des enjeux économiques qui les dépassent. Les mesures de restructurations et de fermeture d’entreprises que connaît la Belgique, en particulier le secteur historique de la sidérurgie dans le bassin liégeois, ôtent toute humanité à des travailleurs qui deviennent des pions déplacés ou supprimés sur l’autel de la rentabilité maximale.

Par cette visite, Mgr Delville souhaite attirer l’attention des médias et du grand public sur la situation délicate de l’emploi à Liège et dans toute la Province, et veut témoigner de son engagement et de sa préoccupation en tant qu’évêque qui cherche à œuvrer à un monde plus juste et plus équitable pour tous.

**********

Quelques extraits de presse à la suite de cette visite de notre évêque:

Prière pour le Roi

IMG_8828

Mgr Jean-Pierre Delville, accompagné de Mgr Jousten, a présidé, ce vendredi 15 novembre, une prière œcuménique pour le Roi, à la cathédrale Saint-Paul à Liège

Une belle prière œcuménique a rassemblé les Églises chrétiennes, une grande délégation officielle, ainsi que de nombreux Liégeois à la cathédrale Saint-Paul ce vendredi 15 novembre, à l’occasion de la Fête du Roi.

La délégation œcuménique rassemblait les pasteurs Vincent Tonnon et Jacques Hostetter, représentant les Églises protestantes ; le Père Nicolas Palamianakis pour l’Église orthodoxe et le Révérend Paul Yiend, de l’Église anglicane.

Notre évêque, Mgr Delville, a accueilli les participants et a prononcé une homélie, commentant la lecture, par le chanoine Joseph Bodeson, d’un extrait de la lettre de saint Paul à Timothée (1 Tim 2,1-8). Il a commenté l’importance de la prière, non seulement pour ceux qui nous dirigent, mais « pour tous les hommes », notamment les personnes les plus défavorisées.

Il a rappelé les deux effets de la prière : D’abord, la prière convertit le cœur de celui qui la prononce ; quand je prie pour quelqu’un, je le rappelle à ma mémoire et à mon attention. Mon cœur se décentre de lui-même et s’ouvre à la situation des autres. Par le fait même il devient plus disposé à la sympathie et l’action. D’autre part, la prière ouvre les cœurs à l’action mystérieuse de Dieu, qui peut les orienter vers le bien par la force de sa grâce et par le rayonnement de sa parole.

Et il a souligné que notre prière nous rend proches de nos dirigeants : Ainsi prier pour nos autorités nous permet à chacun de nous rendre présents aux responsabilités et aux charges de nos autorités, en particulier de notre roi, de les soutenir et de collaborer mieux à leurs tâches.

Il a conclu en citant le pape François : Soyons les constructeurs d’une civilisation de la justice et de l’amour !

Vous pouvez retrouver l’intégralité de son homélie en cliquant ici.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

(Plus de photos sur le site du diocèse www.diocesedeliege.be)