Les chrétiens et les médias

A l’occasion de sa visite pour l’anniversaire de l’émission « Glaube und Kirche », Mgr Delville est revenu sur l’importance pour lui de la comunication au sein de la communauté chrétienne et notamment au sein de notre diocèse.

« Wir leben in einem medialen Zeitalter! Les médias sont diversifiés. Il y a la presse écrite, la presse générale et la presse régionale ; il y a la presse locale des paroisses. Il y a la radio et la TV. Il y a aussi internet, les sites et les e-mails, et les réseaux comme Facebook ou Twitter. Comment être présents comme chrétiens dans ces médias ?

Notre foi nous pousse à être médiatiques. Nous avons reçu une « bonne nouvelle », un « évangile ». Donc cela doit être communiqué. Jésus communiquait cette bonne nouvelle, en public, dans les lieux de culte, mais aussi sur les places et les routes. Avec la Pentecôte, les disciples de Jésus sont sortis de leurs quatre murs et ont annoncé l’évangile, à Jérusalem d’abord, puis dans les environs, puis dans les pays voisins, puis les régions lointaines, comme l’inde, la Germanie, la Grande Bretagne, l’Espagne, l’Afrique…

Ils ont écrit leur message, comme les évangiles, les lettres, les Actes des Apôtres, réunis dans le Nouveau Testament. Puis une nouvelle génération a pris le relais, on les appelle les pères de l’Église. Un des plus connus est Jean Chrysostome, un nom qui veut dire « bouche d’or », tellement il parlait bien et avait une parole de feu !

Les chrétiens ont très vite communiqué aussi par des images : pensez aux fresques dans les catacombes de Rome. Au 6e siècle, certains chrétiens ont reproché aux autres de faire trop de peintures, trop d’icônes, représentant le Christ, Marie ou les saints. Ils les ont détruites : ce sont les iconoclastes. Mais un concile a condamné les iconoclastes, c’est le Concile de Nicée II, en 787. Il a permis qu’on représente les personnages et les scènes de la foi chrétienne. La peinture et la sculpture sont un média important : regardez dans nos églises le soin qu’on a mis à avoir de belles peintures, sculptures ou vitraux. Tout cela ce sont des médias. En représentant de manière diversifiée les éléments de la foi, ils nous obligent à les regarder pour les comprendre et à les interpréter de manière personnelle.

Aujourd’hui, dans le cadre des médias actuels, notre communication doit être double. Elle doit communiquer le vécu de l’évangile et le diffuser pour développer la foi dans le monde : c’est la communivcation explicite. Elle doit aussi recevoir les informations que la société nous envoie et y réagir avec un regard chrétien : c’est la comunication chrétienne implicite.

Le premier type de communication suppose qu’on transmette des informations intéressantes qui touchent au contenu de la foi. Ce peuvent être des interprétations de l’évangile, des transmissions de célébrations religieuses, des témoignages de foi, des événements religieux qui sont fêtés en paroisse ou ailleurs, des conférences ou des débats sur un sujet. Ces sujets peuvent être soit locaux, soit universels. Ce qui est local frappe immédiatement, car cela concerne notre vie quotidienne. Dans un diocèse, l’évêque produit un information locale, en s’exprimant, en se déplaçant en célébrant, en prenant des mesures. De même, ses adjoints suscitent des informations par des initiatives dans leur matière, par exemple sur la famille, l’école, la catéchèse, la vie religieuse ou vie consacrée, etc. Les paroisses produisent de l’information par leurs initiatives, leurs activités, leurs fêtes, leurs groupes de rencontre divers. Mais la communication a aussi une portée universelle. Elle touche le pape François, par exemple, et concerne l’Église universelle, qui nous interpelle beaucoup à l’heure actuelle. On ne vit pas sa foi en cadre clos. On la vit en s’inspirant de ce qui se vit ailleurs. Cet aspect de communication de la foi doit être soigné. Il peut comprendre des points de vue parfois différents qui entrent en débat. Il s’agit de faire comprendre que la foi chrétienne n’est pas une attitude dépassée et vieillotte, qu’elle touche aux grandes questions de la vie et donne une orientation qui porte le bonheur. Cette communication qui part de la foi chrétienne est d’abord véhiculée par des médias internes à l’Église : par exemple, le site interdiocésain Catho.be et son service de presse quotidien Info.Catho ; le journal Dimanche et le Kirchenzeitung ; le périodique Eglise de Liège. Bimestriel diocésain. Zeitschrift des Bistums Lüttich et le site internet Diocèse de Liège. Bistum Lüttich. Puis cette communication débouche dans des médias généraux comme la BRF avec l’émission Glaube und Kirche, et la RTBF avec son émission Il était une foi. Parfois elle touche aussi les médias généraux, mais souvent uniquement lorsque l’information fait sensation. Sinon elle est laissée de côté. En ce sens, il faut aussi savoir soigner la communication de nos événements exceptionnels, afin qu’ils soient bien présentés dans les médias. Il faut prévoir qui les présente et comment il les présente. Souvent les médias ne retiennent que quelques secondes de transmission. Quand on est interviewé, il faut donc cibler l’essentiel, parfois en une seule phrase ! Il faut toujours dire d’abord ce qui est important et qu’on a envie de transmettre, et ne pas se laisser piéger par les questions qui vous entrainent ailleurs.

Le second volet de la communication est la réaction chrétienne face aux événements du monde et face à l’info générale et aux événements culturels : je parle ici de commuication chrétienne implicite. En effet la foi chrétienne n’est pas limitée à son monde religieux et à son langage religieux. Elle donne une interprétation sur le vécu du monde et propose une réflexion sur ce qui nous entoure. Il peut s’agir de la famille, de la politique, des affaires sociales, de la paix dans le monde, de l’écologie, du cinéma, d’événements culturels, de découvertes scientifiques… Dans tous ces éléments une réaction inspirée par l’évangile est importante. Elle pourra se faire de manière prévue, par exemple sur Glaube und Kirche. Ou de manière imprévue sur un média général, le jour où on est interpellé, ou le jour où l’on a envie de se manifester. Cela demande des compétences ; cela demande donc aux informateurs chrétiens d’avoir une réserve de noms de personnes qu’on peut consulter sur tel ou tel sujet et qu’on peut renseigner. Ainsi la foi sort des églises et s’intéresse au monde, comme l’a rappelé le pape François. La foi chrétienne permettra de donner la parole à des personnes qui sont peut-être marginales ou pauvres. Elle donnera un éclairage qui n’est pas commercial ou qui n’est pas habituel. Elle va produire une certain décalage par rapport aux a priori des gens. Cela implique une entrée en débat et en dialogue avec la réalité du terrain, pour faire de l’Eglise un partenaire de débats. L’objectif est de sortir des églises et comme citoyens, d’être présents dans la société et dans le monde de l’information.

Dans notre diocèse de Liège, le Service de presse et de communication est emménagé au 40, rue des Prémontrés à Liège et est dirigé par Mme Catherine Jamoulle. On peut toujours s’adresser à elle pour des informations ou des conseils.

Elle réalise le périodique Eglise de Liège, qui est d’abord un outil de communication de l’information que nous produisons comme Église locale. Elle dirige aussi plusieurs émissions sur RCF (Radio chrétienne francophone), qui est à la fois une radio de communication de l’information chrétienne et une radio grand public qui diffuse un esprit chrétien à travers des émissions générales : Catherine Jamoulle réalise l’entretien mensuel avec l’évêque et l’émission de délassement « C’est l’heure du goûter », qui permet d’inviter chaque jour une personne différente.

En conclusion, on voit combien il est utile d’avoir une politique des médias dans un diocèse. Car les mentalités changent, les gens ont besoin d’information de qualité pour les éclairer. Nous pouvons donc être des témoins de l’évangile de manière explicite, par notre information religieuse, et de manière implicite par nos compétences et par notre attitude de foi. »

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

Publicités