Voilà le Carême arrivé !

Notre entrée en Carême
Mais qui donc doit se convertir ?

Chers Frères et Sœurs,

Voilà le Carême arrivé !
Quarante jours de cheminement vers Pâques !
À travers les souffrances de Jésus et celles du monde.
Vers la joie de la résurrection et de la vie nouvelle.
Quarante jours de conversion personnelle et communautaire !

En ces jours tourmentés, pleins d’éclats de guerre et de terrorisme, nous sentons très fort le besoin de conversion de notre terre et de nos sociétés. Qu’est ce qui va freiner la violence en Ukraine, en Syrie, en Lybie, en Irak et ailleurs ? On dirait que ce sont les autres qui ont besoin de conversion, pas nous ! On dirait que la violence est ailleurs que dans nos cœurs, qu’elle est dans des esprits pervertis et lointains, qui font régner l’injustice dans le monde.

La vraie question pour nous est de voir comment nous sommes partenaires inconscients des violences que nos sociétés exercent et du péché qu’elles portent en elles-mêmes. Comment pouvons-nous nous convertir en convertissant notre monde en même temps ?

Voilà le chemin de conversion qui nous est proposé en ce Carême. La prière, le jeûne et l’aumône nous aideront sur ce chemin.

La prière nous branche sur Dieu et sur sa force d’amour, plus que sur la nôtre et sur nos prétentions. Elle nous fait prendre distance de nos automatismes et nous oblige à nous arrêter et à nous décentrer de nous-mêmes.
Le jeûne nous fait prendre distance de nos volontés de jouissance immédiate, de nos satisfactions passagères, pour retrouver le fond de notre cœur.
L’aumône nous oriente vers le don, en réponse au besoin des autres ; elle nous fait vivre l’amitié concrète et le souci du pauvre.

Ainsi nos cœurs pourront se convertir et le monde pourra devenir meilleur !

+ Jean-Pierre Delville

Resurrection

Publicités

La Fête Dieu ce jeudi soir à Liège : invitation à tous et toutes !

«Comme chaque année, vous êtes invités à Saint-Martin pour la célébration de la Fête-Dieu. Mais cette année, la célébration revêtira un caractère particulier. Ce jeudi 19 juin 2014, jour de la Fête-Dieu, sera l’occasion de fêter le 750ème anniversaire de la bulle « Transiturus« , par laquelle le pape Urbain IV institua cette fête dans l’Église universelle. Inspirée par deux Liégeoises, sainte Julienne de Cornillon et la bienheureuse Ève de Saint-Martin, la Fête-Dieu honore tout particulièrement la présence du Christ dans le sacrement de l’Eucharistie. Comme l’écrit le bientôt bienheureux pape Paul VI, dans son encyclique de 1965 Mysterium Fidei : De cette foi unique est née également la Fête-Dieu; elle fut célébrée la première fois au diocèse de Liège, spécialement sous l’influence de la Servante de Dieu, la Bienheureuse julienne de Mont Cornillon, et Notre Prédécesseur Urbain IV l’étendit à l’Église universelle (n°66).

 

Je souhaite marquer l’événement par une démarche de tout le diocèse, dans la ligne de ce que propose le pape François, quand il demande aux chrétiens de sortir de leurs murs pour communiquer l’Évangile. Voilà pourquoi, après avoir célébré l’Eucharistie à 19h30 en la basilique Saint-Martin, il y aura (vers 20h45) une procession du Saint-Sacrement vers la Cathédrale, ou –après un moment de témoignage et de recueillement– un verre de l’amitié sera servi (vers 21h45). Vers 22h 30, un car reconduira les pèlerins qui le désirent vers Saint-Martin.

 

J’invite les chrétiens du diocèse à s’unir à moi pour vivre cet événement, auxquels plusieurs évêques et des délégations étrangères s’uniront. Je demande aux curés de transmettre cette invitation à tous les chrétiens. J’invite également les membres des communautés religieuses. Les prêtres qui souhaitent concélébrer apporteront leur aube et une étole rouge.

 

Dans l’espoir de nous retrouver autour de l’autel et portant le Saint-Sacrement au cœur de la Cité Ardente.

 

Votre évêque,
+ Jean-Pierre Delville

fête Dieu

– See more at: http://liege.diocese.be/Default.asp?X=C098D504357576600A08071375776C040E041E76736101080310647C77676376636205000A041E7C7608080706107E700A08065A#sthash.QZe7QrW7.dpuf

N’oublions pas les bergers!

evequevoeux

Message de Noël de l’évêque de Liège
aux prêtres, diacres, animateurs pastoraux, assistantes paroissiales,
religieux, religieuses et personnes consacrées du diocèse de Liège

Chers Frères et Sœurs,

À la veille de Noël et à l’aube de l’an nouveau, je tiens à vous adresser mes meilleurs vœux de bonheur et de fécond apostolat.

Cette occasion me permet de vous remercier chaleureusement pour ce que vous faites au service de l’Église diocésaine. En cette année 2013, l’élection du pape François, son engagement et sa parole sont pour nous tous un grand encouragement et une source d’espérance. Quant à moi, le début de mon ministère comme évêque de Liège m’a permis de mesurer aussi toutes les richesses humaines et spirituelles de notre diocèse. Je me réjouis de la diversité des engagements et du sérieux des services diocésains. Certes je découvre aussi nos pauvretés et nos fragilités.

Mais l’enfant Jésus aussi est né pauvre et fragile dans la mangeoire, au sein d’une famille mise aux marges de la société, loin de son domicile (Lc 2,1-20). Face à ce drame, est apparue une solution. Elle provient des bergers. Ce sont eux, pauvres aussi, et mal vus dans leur société, qui sont venus rompre l’isolement de l’enfant et de sa famille. Ce sont eux qui sont arrivés avec la clé du mystère : l’enfant dans la mangeoire est le signe du salut, il est le Sauveur et le Messie. Ils ont osé sortir de leur bergerie et de leurs évidences, pour rencontrer cet enfant. Ensuite ils sont devenus interprètes de cette bonne nouvelle en laquelle ils avaient cru.

De même, je me dis que nous, qui avons des responsabilités pastorales, sommes comme ces bergers. Nous avons entendu un appel, qui est une bonne nouvelle dans nos vies et qui éclaire notre chemin spirituel. Nous rencontrons Jésus, nous le faisons sortir de la solitude et de l’anonymat, grâce à notre ministère. Nous parlons de lui autour de nous et sommes porteurs de cette bonne nouvelle. Nous sommes bergers à l’image de ces bergers de Bethléem !

La fête est toujours l’occasion de s’arrêter, de se réjouir, de faire le point, de retrouver les racines de notre vie. Noël est l’occasion de ce temps d’arrêt que toute la société va vivre. Recevons le don de cette fête avec profit pour nous et sachons le communiquer autour de nous. Ainsi, dans l’année qui vient, nous pourrons être au service de l’annonce de la Parole de Dieu, être une Église qui sache sortir de ses murs et rencontrer les gens, particulièrement les plus pauvres, pour leur permettre d’être des acteurs de la société, comme le furent les bergers.

Je prie pour chacun et chacune d’entre vous. Prions aussi les uns pour les autres !

Je souhaite à chacun de vous une très bonne fête de Noël et une excellente année 2014 !

+ Jean-Pierre Delville,
votre évêque

L’illustration vient du Missale Leodiensis, Paris, J. Kerbriand, 1540